PRINCIPES THERAPEUTIQUES ET ETHIQUES

Ma pratique se fonde sur une posture relationnelle qui a pour objectif de proposer à la personne une compréhension de ce qui se passe pour elle sous forme de propositions de mise en sens. 

Dans un second temps, il s'agira de trouver ensemble les moyens de fonctionner autrement et d'une façon qui fait moins souffrance.

USAGE DU TITRE DE PSYCHOLOGUE ET DEONTOLOGIE

L'usage du titre de psychologue est réglementé par la loi 85-772 du 25 Juillet 1985, il est réservé exclusivement aux praticiens ayant validé un parcours universitaire professionnalisant de 5 années d'études spécialisées en psychologie.

Le respect de la personne dans sa dimension psychique est un droit inaliénable.

 

Sa reconnaissance fonde l’action des psychologues dont la pratique s'appuie sur le CODE DE DÉONTOLOGIE DES PSYCHOLOGUES.

POSTURE CLINIQUE: EMPATHIE, AUTHENTICITÉ et CONSIDÉRATION POSITIVE INCONDITIONNELLE

Je m'engage à respecter les principes suivants:

- Faire preuve de compréhension empathique: me préoccuper du monde perceptif et subjectif de la personne, et accepter de toutes ses colorations et contradictions.

Faire preuve de considération positive inconditionnelle: accepter totalement et inconditionnelle la personne telle qu’elle apparaît indépendamment de tout critère moral ou social.

- Faire preuve d'authenticité: travailler avec ce que je suis, sans faux semblants, dans un climat de bienveillance et avec pour objectif d’encourager l’autre à s’épanouir, à se développer, à mûrir et à mieux faire face à la vie. 

"Chaque individu a en lui des capacités considérables de se comprendre, de changer l'idée qu'il a de lui-même, ses attitudes et sa manière de se conduire ; il peut puiser dans ces ressources, pourvu que lui soit assuré un climat d'attitudes psychologiques "facilitatrices". 

(Carl Rogers, humaniste et psychologue américain)​​

UN CADRE THÉRAPEUTIQUE SECURE COMME EXPÉRIENCE ÉMOTIONNELLE CORRECTRICE 

La théorie de l'attachement postule l'idée que, dans l'histoire de vie de la personne, il est très bénéfique d'avoir eu des occasions d’interagir avec des personnes de référence qui fonctionnent comme une base de sécurité. Ces relations bienveillantes "sécures" aident la personne à se sentir compétente, méritante et aimable. 

 

Cette croyance indique, pour moi, la nécessité de créer entre le thérapeute et son patient une relation de confiance similaire à la situation d'un maternage "suffisamment bon" afin de restaurer le narcissisme primaire qui n'a pu parfois pas pu s'établir lors de la petite enfance en raison d'un accordage difficile.

Le processus thérapeutique implique d'identifier les forces et les vulnérabilités relationnelles et d'explorer l’histoire familiale pour mettre en perspective l'aspect transgénérationnel. Cette investigation devra intégrer l’exploration de questions importantes comme les expériences de séparations, de perte, d’abus, et des signaux de comportements parentaux inadaptés ou atypiques.

 

Le traitement des perturbations graves associées à l’attachement est complexe et demande une implication de la personne dans le temps.

 

On notera l’importance d’une relation de partenariat positive dans la thérapie, et d'un travail actif sur les forces relationnelles et sur l’expérience émotionnelle tout en encourageant les parties saines de la personnalité dans le but de recréer des façons différentes de fonctionner et d'être en relation.

TRAVAIL SUR LES SCHÉMAS DE PENSEE, CROYANCES ET EMOTIONS

Des objectifs concrets sont élaborés ensemble afin de vous accompagner à trouver de nouveaux moyens de fonctionner qui font moins souffrance.

Pour cela, nous travaillerons sur vos croyances sur vous même, sur vos façon de comprendre les événements et sur vos ressentis.

 

A travers des outils comme l'EMDR, la thérapie des schémas ou des connaissances issues de la théorie de l'attachement, de la clinique du traumatisme ou de la pensée systémique, je vous propose de définir ensemble des objectifs clairs que nous pourrons objectiver au cours de la thérapie.